Le SPIP 83, antenne milieu fermé de Toulon-la-Farlède doit faire face depuis le 10 mai 2012

à l’absence totale de secrétariat….Outre un congé maternité et les temps partiels de 6

agents…

PDF - 119.3 ko
cliquez pour télécharger en PDF

A ce jour la population pénale est de 748 détenus pour une capacité théorique d’environ 600

places.

La situation se dégrade au gré des renouvellements de l’arrêt maladie du seul personnel

administratif présent au SPIP antenne milieu fermé, de la hausse constante des effectifs en

maison d’arrêt et de l’évolution des missions des CPIP ( nouvelles procédures, nouveaux

outils, etc…). Ce à quoi s’ajoute nombre de tâches indues, réalisées à titre palliatif par les

CPIP (dossiers AAH, CMUC, CPAM, etc….)

Réunis en AG, le 18/06/2012, l’ensemble des CPIP présents (syndiqués et non syndiqués)

ont décidé à l’unanimité de ne plus assurer les tâches dévolues au secrétariat :

– ouverture des dossiers sur APPI

– transmission des dossiers de détenus transférés et libérés

– édition des échéanciers GIDE

– ramassage, tri et distribution des courriers, des fax, et de l’ensemble de la

correspondance reçue au SPIP

– Plus de réponse aux appels téléphoniques extérieurs

En effet, il appartient à la direction du SPIP du Var, de mettre en place les moyens humains

nécessaires à l’accomplissement de ces différentes tâches.

Nous revendiquons également le remplacement systématique des absences de longue durée

(plus d’un mois) de tout personnel du SPIP confondu.

Force est de constater qu’aucune solution n’est apportée à ce jour par nos cadres, qui en

appellent uniquement à une meilleure organisation de notre part !!

Aujourd’hui, les CPIP peinent à remplir leurs missions et ne sont même pas en capacité

d’imaginer comment effectuer les nouvelles missions compte tenu de l’absence d’anticipation

sur les absences de longue durée.

!!!STOP !!!

A défaut de réponse viable, pérenne et adaptée, nous nous réservons la possibilité, de durcir

le mouvement, à court terme !

Monsieur le Directeur Inter régional étant présent prochainement à l’établissement, nous

l’invitons à venir rencontrer les organisations syndicales du SPIP.

Dans les conditions actuelles, il est impossible aux CPIP, déjà surchargés de travail et

même avec toute leur bonne volonté, d’effectuer une tâche ne relevant nullement de leurs

missions.

Toulon la Farlède, le 18/06/2012