Le vendredi 16 mars 2012, les psychologues de la DISP 33 étaient reçu, avec un

représentant syndical SNEPAP-FSU, par le DI adjoint, le Secrétaire Général, et le Chef du

département RH et Relations Sociales.

3 sujets abordés, fixés par le DI adjoint :

La rémunération

L’évaluation

La formation.

REMUNERATION :

Le DI adjoint explique être tenu par le bon vouloir du contrôleur financier de la

TG, lui-même appliquant les consignes très strictes de « Bercy », à savoir :

Une éventuelle revalorisation, possible tous les trois ans, « entre 0 et 3%,

pouvant exceptionnellement aller jusqu’à 7% s’il y a élargissement du périmètre » de

nos missions.

Comme de part leurs fonctions, et leur autonomie dans le travail, déjà très étendues, les

psychologues n’ont aucune possibilité « d’élargir leur périmètre », ce ne sera jamais plus, au

mieux, que 3%. (soit en moyenne ½ échelon de la grille PJJ, tous les 3 ans, au plus, au bon

vouloir de la DISP et du TPG).

Cela est présenté comme une règle absolue et intangible, à laquelle il est impossible de

déroger !!

Le DI adjoint déclare qu’il a fait procéder, par le chef RH, à un récapitulatif de

l’évolution individuelle de chacun
, au niveau des rémunérations, en regard de la grille PJJ,

qui sert de référence.

Résultats : tous seraient « surclassés », et largement avantagés actuellement,

parfois même de plusieurs centaines d’euros !!! Ils auraient été perdant si la grille avait été

appliquée à la lettre !!

Le chef RH s’engage à envoyer à chacun, individuellement les tableaux de relevé

de « carrière »
, en terme de rémunération pour montrer la réalité de cette affirmation.

On devrait avoir honte de se plaindre, sans doute…

EVALUATION :

La direction prend acte que l’évaluation annuelle, inscrite dans les textes

régissant les contractuels, n’a pas été mise en place, et déclare qu’il y sera remédié.

Suite à la discussion qui s’engage sur les modalités de cette évaluation, et la

définition de qui devrait la mener, ainsi que suite à l’intervention du délégué syndical, la

direction prend acte qu’un groupe de travail et de réflexion serait à mettre en place

rapidement pour travailler le sujet.

FORMATION :

En tant que contractuels, les psychologues n’ont aucun statut

particulier, et n’ont donc pas de droits « statutaires » au temps

Formation/Intervention/Recherche (FIR), dont disposent tous les autres

psychologues fonctionnaires (FPH et PJJ).


(cela ne veut pas dire, dans l’absolu, qu’il soit interdit de l’accorder…).

Tout ce qui est proposé, c’est le DIF, soit 20 heures par an, à choisir dans le

catalogue annuel de formation de l’AP … (qui comme on le sait bien, est rempli de formations

en direction des psychologues…).

Ce qui avait été officiellement reconnu comme possibilité (temps FIR) pour

certains collègues en 1999/2000, par le DI de l’époque, est donc supprimé.

LA MORALE DE L’HISTOIRE…

REMUNERATION :

En pleine réunion, une secrétaire vient chercher un des psychologues, qui

était en renégociation de sa revalorisation salariale … pour lui faire signer un avenant à …

4% !!! ,
alors même que son « périmètre d’intervention » n’a pas varié !!!



On attend toujours, 4 mois plus tard, les relevés individuels d’évolution

de rémunération
, qui étaient, parait-il, prêts … et devaient être envoyé par mail … dans la

semaine …

EVALUATION :

4 mois sont passés … On attend toujours la mise en place du groupe de

travail et de réflexion
sur la mise en place de l’évaluation et des outils d’évaluation des

psychologues …

FORMATION :

La circulaire N° DGOS/RHSS/2012/181 du 30 avril 2012 relative aux

conditions d’exercice des psychologues au sein des établissements mentionnés à

l’article 2 de la loi du 9 janvier 1986

NOR : ETSH1222487C

vient de tomber !! elle stipule entre autre que :

« Les psychologues entreprennent, suscitent ou participent à tous

travaux, recherche et formation que nécessitent l’élaboration, la réalisation et

l’évaluation de leur action. Cette fonction de formation, d’information et de

recherche, couramment appelée temps « FIR », est une fonction

indispensable à un exercice optimisé des missions. Elle n’est pas liée

au statut de fonctionnaire, et concerne aussi bien les psychologues

titulaires (…) que les contractuels sur emploi permanent
, qu’ils exercent

leur activité à temps plein ou à temps non complet ».

« De principe, les activités du FIR doivent être organisées en

cohérence et complémentarité avec les besoins du service » …

« La supervision individuelle est réaffirmée comme

fondamentale pour les psychologues qui en font le choix ».

« Sur la base des objectifs qui auront été arrêtés chaque année, les

psychologues doivent bénéficier e toutes les facilités pour exercer leur

fonction FIR »

On croit rêver !!!!!…..

Hélas oui …

Il s’agit de la direction RH de la Fonction Publique Hospitalière, où les psychologues

contractuels n’avaient, là non plus, pas le droit au temps FIR, (supprimé il y a quelques

temps puisqu’il étaient régis par les mêmes textes que nous – emploi des contractuels dans la

Fonction Publique), qui vient de comprendre la nécessité de ce temps, par delà le

statut.

Et dans l’AP …………….. quand comprendront-ils ?????

Une réunion pour rien !!

On se moque de nous ! Une fois de plus des affirmations fausses, une

fois de plus des engagements non tenus, une fois de plus roulés dans

la farine !…

pdf_suite_de_reunion_psy_et_disp_du_16_mars_2012_tract