Face aux mobilisations croissantes des personnels des SPIP, l’administration fait

le choix d’une réponse excessive basée sur la menace de sanctions disciplinaires

et de retenues sur rémunération pour services mal ou non faits.

Malgré sa consigne passée aux DSPIP de procéder à un échange avec les équipes afin

de les informer des conséquences administratives des actions envisagées, des

premières sanctions ont été prononcées sans préavis et de façon totalement

disproportionnée !

De telles pressions n’effriteront pas la volonté des personnels d’insertion et de

probation qui ont décidé d’exprimer, en toute connaissance de cause et de façon

responsable, leur mécontentement. Bien au contraire, ces intimidations renforceront

leur exaspération et leur détermination.

Le SNEPAP-FSU soutient et accompagnera tous les collègues touchés par des

sanctions dont les motifs doivent être vérifiés précisément au cas par cas.

Dans un esprit de maintien du dialogue social, le SNEPAP-FSU demande dès

aujourd’hui à la DAP de retirer les sanctions déjà retenues à l’égard des

personnels.

Le SNEPAP-FSU appelle les cadres des SPIP à continuer à être solidaires du

mouvement de leurs équipes pour des avancées réelles pour toute la filière insertion

et probation !

Afin que la mobilisation de tous ne soit pas inutile, le SNEPAP FSU a décidé de

siéger lors de la dernière réunion sur la partie indemnitaire de la réforme, et de

poursuivre les négociations avec la DAP, fort de la mobilisation dans les services.

Le SNEPAP-FSU attend donc de l’administration de nouveaux engagements

écrits pour la revalorisation et la reconnaissance de la filière insertion et

probation dans son ensemble
!