Ca y est ! le DFSPIP des BDR est passé de la parole aux actes. Après avoir martelé à ses équipes

lors d’une réunion d’antenne du SPIP de Marseille que les CPIP devaient être « solidaires avec les

détenus », monsieur le DFSPIP vient d’en faire l’éclatante démonstration !

PDF - 165.2 ko
cliquez pour télécharger en PDF

Suite au courrier envoyé par une personne détenue en recommandé avec accusé de réception, ,

monsieur le DFSPIP, sans aucune consultation de l’agent concerné s’est vite précipité à la

rencontre de ce détenu…un lundi soir !Le mystère plane encore sur le contenu et l’objet de cet

entretien…. Dans la foulée, il a exigé du CPIP concerné , une « analyse » précise de la situation et

de la prise en charge, sans autre forme de communication qu’un échange de mails des plus

cinglants…

S’il est effectivement permis à un DFSPIP de rencontrer n’importe quelle personne prise en charge

par le SPIP, s’il est aussi effectivement permis à un cadre de demander des explications sur un

suivi,il n’en reste pas moins qu’il existe des procédures et surtout un peu de bon sens, il n’est pas

interdit d’avoir du respect pour les agents du service qu’il dirige !


Les CPIP des Baumettes, s’interrogent sur de telles pratiques les mettant en cause d’une part,

et d’autre part, les mettant et en grande difficulté face à une population pénale de plus en plus

difficile et exigeante.

Les personnels s’indignent de telles méthodes qui les mettent en danger et regrettent le

manque de « solidarité » et de soutien du DFSPIP à l’égard des agents du SPIP. Cette méthode

de fonctionnement déjà dénoncée et critiquée par les autres antennes du département 13 est devenue

semble-t-il, la « carte de visite » de notre DFSPIP.

Devant un climat délétère et la suspicion qui pèsent désormais systématiquement sur les CPIP, ces

derniers vont-ils devoir tous limiter leur implication au strict minimum ?
: « qui peut le plus, peut le moins ! »

A vous de choisir monsieur le DFSPIP, à l’heure où la chancellerie place nos services au coeur des

politiques pénales et où le SPIP est de plus en plus sollicité.

Soyez assuré monsieur le DFSPIP que les agents continueront d’exiger le respect

auquel ils ont droit.

Ils ne vous laisseront pas la possibilité de les mettre en danger ni de les

décridibiliser.

Ils ne manqueront pas si nécessaire,d’engager des actions concrètes sur le terrain

et sauront prendre leurs responsabilités.