En cohérence avec notre revendication de reclassement de l’ensemble des chefs de service d’insertion et d’opposition à l’examen professionnel, les représentants des personnels du SNEPAP-FSU ont saisis le Garde des Sceaux des conséquences désastreuses de l’examen professionnel exceptionnel. Voici sa réponse !


""

Si nous nous réjouissons de l’annonce officielle d’un deuxième examen, nous rappelons au garde des sceaux que cet effectif doit être porté bien au-delà de 110 postes pour répondre aux besoins structurels des services. Nous rappelons aussi au Garde des Sceaux que le SNEPAP-FSU ne s’est pas opposé à la consultation des dossiers professionnels par le jury. Il appartient à chacun, et notamment à l’administration, d’assumer ses responsabilités !
Paris le 18 janvier 2006