Tous les personnels de l’administration pénitentiaire vont être ravis d’apprendre qu’ils vont percevoir avec le traitement de décembre 2006, une « prime exceptionnelle » de 100 euros – 200 euros pour les surveillants en service posté – en raison, ne riez pas, de la « pénibilité » du travail.

Certes, les conditions d’attribution de cette prime semblent moins désastreuses que celles ayant présidé à l’octroi d’une prime début 2006 à certains et uniquement à certains, personnels administratifs….

Rappelons afin de ramener ce geste à sa juste évaluation que leurs collègues de la Protection Judiciaire de la Jeunesse bénéficieront de 300 euros pour les catégories A et B, et de 400 euros pour les catégories C.

Devant ce saupoudrage de « prime exceptionnelle » (dont sont exclus les collègues en CLD et CLM – mais c’est sans doute de « leur faute », ils n’avaient qu’à ne pas être malades….), il est indispensable de rappeler que :
Le SNEPAP FSU revendique une politique salariale et indemnitaire claire et équitable !

S’il est indéniable que l’essentiel des négociations salariales relèvent de la Fonction Publique, il est cependant inadmissible que différents décrets et arrêtés relatifs à l’indemnitaire (ISS, ICP, IRP) des personnels de l’Administration Pénitentiaire aient été publiés au JO, sans aucune information ou consultation préalable des organisations syndicales représentatives ! D’autant que ces décrets et arrêtés modifient sensiblement la situation des collègues stagiaires au regard de leur rémunération….

Le SNEPAP FSU a interpellé la Direction de l’Administration Pénitentiaire sur ces questions et vous informera des réponses apportées !

En attendant n’oubliez pas de signer la pétition unitaire sur les salaires disponible sur le site http://w3.fsu.fr/ ou http://snepap.fsu.fr/

Paris, le 18 novembre 2006