PDF - 139.1 ko
cliquez pour télécharger

Vous avez toutes et tous été particulièrement sollicités par les organisations syndicales au cours des semaines qui

viennent de s’écouler ; mais, à la lumière des résultats exceptionnels du scrutin professionnel au sein des SPIP, pour la région

PACA, nous ne pouvions résolument pas nous exempter de ces quelques lignes. Au nom du Bureau régional du SNEPAPFSU

PACA/CORSE, de l’ensemble de ses adhérents et de toutes celles et tous ceux qui ont oeuvré pour vous faire partager

leurs convictions, leur détermination dans la défense des SPIP et des personnels, MERCI.

Vous avez choisis de porter le SNEPAP-FSU en tête du vote régional au sein des SPIP ; ainsi, les résultats du

scrutin pour le Comité Technique Inter-régional (CTIR), duquel a été extrait vos votes pour désigner les représentants au sein

des Comités Techniques départementaux, voient le SNEPAP-FSU dominer notre principal concurrente de quelques voix, très

loin devant les autres organisations.

Déclinés à l’échelon départemental, ces résultats inversent totalement le paysage syndical au sein des

SPIP locaux : le SNEPAP-FSU reste majoritaire, et conserve donc le CTD des Bouches du Rhône, principal SPIP de la

région. Notre organisation réalise une double performance en arrachant le CTD du SPIP 83 à notre principal concurrente, en

remportant, avec une marge confortable, le CTD du SPIP des Alpes Maritimes. Le SPIP 04/05 abritant moins de 20 agents,

n’est pas doté d’un comité technique, mais nos résultats sont tout aussi bon dans cette partie de PACA. Non implantés, nous

restons minoritaires en Corse. Le SNEPAP restera, enfin, en minorité au CTD du Vaucluse.

L’absence de représentation institutionnelle propre aux SPIP à l’échelon régional, la spécialisation du SNEPAP-FSU

sur la question des SPIP, font que nous ne serons malheureusement pas représentés au Comité Technique Inter-régional ;

mais comment la DISP pourra t’elle ignorer l’organisation syndicale majoritaire chez les PIP à cette échelle

territoriale, sauf à participer au mépris trop longtemps entretenu pour les personnels d’insertion et de probation ?

Cet enjeux se retrouve à l’échelon national avec le volonté de la DAP de supprimer le CTPSE, le seul organisme national à

permettre aux personnels d’insertion et de probation de s’exprimer pleinement, alors que les autres organisations sont

entièrement tournées vers les questions concernant les corps professionnels numériquement majoritaires. Le combat continue.

Pour ce qui concerne les résultats à la CAP des CPIP, au niveau régional, le SNEPAP-FSU se renforce en ne

concédant que 13 voix à l’organisation arrivée en tête. Nous ne ne connaîtrons pas les résultats locaux de la CAP des cadres

puisque les votes ont été dépouillés nationalement, mais l’écrasante majorité nationale du SNEPAP-FSU pour ces corps ce

sera sans aucun doute traduite en PACA.

Pour ce concerne l’organisme représentatif des personnels non titulaires, en PACA comme au niveau national, la

FSU arrive en tête.

Alors il n’est pas question, bien évidemment, de se gargariser ; vous lirez tour à tour des communiqués où les

organisations se tapoteront le ventre en tordant les résultats dans tous les sens. Il nous appartient de faire preuve d’humilité :

ces résultats doivent être placés en perspective à la lumière des résultats nationaux ; nul ne doit oublier qu’ils ne projettent

l’expression que des agents ayant choisis de s’exprimer par le vote ; ces résultats ne bouleverseront en outre pas votre

quotidien ni celui de nos services. Mais ces résultats nous obligent :

–Ils nous obligent à porter plus haut, plus fort encore, la voix des personnels d’insertion et de probation auprès de nos

interlocuteurs locaux et régionaux.

–Ils nous obligent à continuer de travailler au fond, en évitant les polémiques stériles entre organisations syndicales comme

nous avons su le faire jusqu’à ce jour.

–Ils nous obligent à continuer le combat pour les personnels actuellement en souffrance, notamment à Salon de Provence ou

Luynes ; à monter d’un cran pour ce qui concerne la problématique des conditions d’intervention, en termes matériels et de

sécurité. Les locaux d’Aix et de Toulon sont en point de mire.

–Ils nous obligent à grandir aux côtés des psychologues de l’exécution des peines, des personnels administratifs et des

personnels de surveillance, notamment au sein des SPIP. Autant de professionnels qui méritent davantage d’attention encore

de notre part.

–Ils nous obligent encore à respecter la parole donnée dans notre profession de foi : face à la dictature du fait divers, de la

démagogie et du populisme ; alors que notre propre administration est incapable de parler des SPIP aux citoyens dès lors

offerts en pâture à des politiques et des médias démagogues ou ignorants, le SNEPAP-FSU ira parler de nous, de vous, au

coeur de la Cité.

A court terme, les enjeux sont d’ors et déjà connus : notre organisation a porté la réflexion sur un outil d’évaluation

harmonisé interne et propre au SPIP ; cet outil a été dévoyé avec le DAVC tel que présenté il y a quelques jours.

Les personnels ont appelé au secours quant aux ressources humaines et à leurs conditions d’intervention ; ils n’ont toujours

pas été écoutés, et la loi de programmation sur l’exécution des peines évoquée au moment où nous rédigeons ce document,

apparaît comme un nouveau camouflet.

Aucune organisation ne pourra prétendre détenir seule la vérité, aucune ne pourra défendre seule l’intérêt des

personnels sur ces points. Comme nous l’avons déjà prouvé jusqu’à ce jour dans la région PACA, les organisations syndicales

porteront la responsabilité d’un engagement commun sur des questions vitales et dépassant les clivages partisans.

Les personnels nous regardent.

Encore merci pour votre confiance.

Olivier CAQUINEAU Gautier SCHONT

Secrétaire Régional Secrétaire régional adjoint

SNEPAP-FSU PACA/CORSE SNEPAP-FSU PACA/CORSE

www.snepap-paca.org