Les postes de sous-directeur et sous-directeurs adjoint de la sous direction des personnes sous main de

Justice (PMJ) à la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP) seront vacants dans quelques semaines.

PDF - 123.4 ko
cliquez pour télécharger en PDF

Le traitement calamiteux des dossiers relatifs aux SPIP, tels que gérés par cette sous direction depuis 2010,

et la méconnaissance patente de leurs problématiques exigeaient un changement au sein de cette sous

direction. En effet, les spécificités du milieu ouvert ne sont à ce jour réellement connues que d’une seule

filière : la filière insertion et probation, formée pour cela. Le travail de ces personnels en matière de

partenariat (santé, social, accès aux droits), leur implantation dans les réseaux de politique de la ville, dans

les cellules de veille des Contrats Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, leur expérience en

matière d’évaluation des publics, sont des compétences dont la maîtrise est aujourd’hui nécessaire dans les

postes à responsabilité à la DAP ou en DISP. La conduite d’une politique de prévention de la récidive

cohérente reposant sur la probation ne saurait se faire sans que les cadres des SPIP accèdent à ce niveau de

responsabilité.

A l’heure où le déséquilibre au sein de la DAP entre gestion des établissements et missions du milieu

ouvert est dénoncé de toutes parts,

A l’heure où aucun poste à responsabilité au sein de la DAP, toutes sous direction confondues,

comme à la tête des Directions Interrégionales,

n’est occupé par des cadres de la filière insertion et probation,

A l’heure où la Garde des Sceaux déclare souhaiter un développement de la probation,

Il serait incompréhensible qu’aucun directeur pénitentiaire d’insertion et de

probation ne fasse partie de la nouvelle équipe de direction de PMJ !

Le SNEPAP-FSU a dû intervenir auprès du DAP pour obtenir la publication auprès du corps de DPIP du poste

d’adjoint au sous-directeur. Celui-ci pris l’engagement de faire de même pour le poste de sous-directeur…

Déjà, nombre de postes de rédacteurs occupés précédemment par des CPIP sont remplacés par des

personnels d’autres corps, tandis que nombres de postes à la tête des bureaux des sous directions ne sont

pas proposés aux DPIP.

Un rééquilibrage des priorités de la DAP impose de s’assurer d’une

représentation des différentes filières

au sein des administrations centrale et déconcentrées.

Le SNEPAP-FSU sollicite officiellement la Garde des Sceaux et

demande que les missions d’Insertion et de Probation soient enfin valorisées

en garantissant ce juste équilibre au sein de la DAP !



Paris, le 12 septembre 2012