Inventée dans les années 1950, l’IA est, aujourd’hui, partout : l’assistant personnel de Windows10, Maps de Google, l’IA de diagnostic médical Watson2 d’IBM, le trading haute-fréquence, les recommandations de produits, d’achats et de publicités, les traductions linguistiques, le chatbot, l’aspirateur autonome, bientôt les véhicules autonomes… « La multiplication des objets connectés modifie totalement les écosystèmes traditionnels » selon Alain BENSOUSSAN, avocat. Des applications diverses et variées se multiplient sur les smartphones, tablettes, téléviseurs. Leurs utilisations intuitives sont rapides, faciles, normales, évidentes, instantanées. L’appli GPS Waze, l’appli coach de running … Comment sont-elles élaborées ? Construites ? Mises à jour ? Stockées ? Comment Alexa d’Amazon ou Siri de Google sont-elles capables d’entendre et de répondre aux sollicitations ? C’est presque de la magie, de la science-fiction enfin palpable. Quand cette technologie s’intéresse au système judiciaire comment se traduit-elle ? Que fait-elle ? À quoi sert-elle ? Sur quoi se base-t-elle ? Sera-t-elle aussi « banale » que l’appli qui scanne la validité bio des courgettes ?