Bienvenue dans le SPIP 02, un monde dans lequel la hiérarchie dit OUI-OUI à

toutes les demandes de la DAP ou des magistrats mandants.

OUI-OUI à la mise en place des PPR sur toutes les antennes sur la base de volontaires

désignés (on parle même de deux PPR par antenne). Ce serait une exigence de la DAP

nous explique-t-on, comme si cela justifiait de faire n’importe quoi.

Aucune réorganisation du service n’est prévue et les PPR se rajoutent tout « naturellement
», « harmonieusement », à la charge de travail existante, sachant que

les collègues animateurs ont entre 130 et 250 mesures.

OUI-OUI à la prise en charge de toutes les mesures judiciaires de manière systématique

(sans, bien sur, s’assurer que la prise en charge puisse être effective et non pas seulement

théorique en donnant le nom d’un agent sur le dossier en cas de problème).

Nous, dans l’Aisne, on sait le faire alors qu’en Ile-de-France ; ils plafonnent le

nombre de dossier par agent !

OUI-OUI aux exigences des magistrats qui réglementent le contenu des rapports,

et décident de la forme et du fond du travail du SPIP pour chaque probationnaire.

Heureusement, en interne, il nous est expliqué que nous ne sommes pas obligé de

suivre les directives du Jap – ouf – mais sans nous l’écrire, bien sur ! Que devient

notre savoir-faire ?

Nous demandons que la hiérarchie du SPIP de l’Aisne prenne des

positions tenant compte des charges de travail, de l’épuisement du

personnel, de la solitude des agents, face aux exigences de la DAP

ou des magistrats mandants.

Il s’agit de permettre aux agents d’effectuer un travail de qualité

dans un climat de confiance mutuelle.

Le 23.11.2010

pdf_tract_Aisne_novembre_2010-1