« Dans 15 ans, ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir », voilà en substance comment le

DISP a répondu, mardi 9 mars dernier lors d’une audience syndicale, aux inquiétudes

légitimes des CSIP quant à leur devenir statutaire !

Rappelons qu’avant la signature du protocole en juillet 2009, la DAP assurait que tous les

CSIP (environ 160) seraient intégrés dans le corps de DIP dès 2010 sur le poste occupé.

Mais depuis, leur sort a fait l’objet d’un recul notable et d’annonces contradictoires. Si bien,

qu’à ce jour, entre la possibilité d’une intégration par liste d’aptitude (au mieux 75 en 5

ans !) et une autre par la voie d’un examen oral devant une commission de validation (pas

de chiffrage), aucun CSIP ne sait, avec certitude, dans quel délai il sera « dipé ».

Cette intégration doit pourtant venir régulariser une situation de fait : aucun CSIP,

aujourd’hui, n’exerce les missions strictement définies dans le décret de mai 2005. Même en

cas de présence sur la même antenne d’un DIP, quel CSIP ne valide pas les rapports sur

APPI ? Quel CSIP ne procède pas aux évaluations annuelles ? Une situation très largement

admise, notamment par le DISP qui nous a indiqué qu’à ses yeux, « il n’existait

aujourd’hui aucune différence entre les CSIP et les DIP
» et que la disparition du corps

de CSIP était logique
. L’extinction du corps est d’ailleurs la seule certitude ! Mais dans

combien de temps ?

Nous avons tenté de convaincre le DISP que cette question était d’importance :

essoufflement des personnels, incohérence d’un encadrement au statut inférieur à celui

du corps de base, risque de suppression pure et simple du droit à la mobilité
sont les

conséquences à court terme de cette situation
.

Mais, le DISP est resté d’un optimisme sans faille, en assurant, sans citer ses sources, que

d’ici trois ans, l’intégration serait terminée ! Il a cherché ainsi à relativiser le malaise actuel

des CSIP en indiquant que le principal était au final que chacun accède au statut de DIP !

Faute de réconforter les personnels, le DISP assure qu’il ne manquera pas de relayer le

ressenti des CSIP de la région de Lille à l’administration centrale.

La DAP doit communiquer rapidement et clairement le détail de ses propositions

d’intégration dans le corps de DIP !

Les CSIP agiront en conséquence !!!

Lille, le 15 mars 2010

pdf_Tract_rencontre_DISP_-_CSIP