Le 31 mars prochain aura lieu la cérémonie de clôture de la formation de la 12ème promotion des

Conseillers d’insertion et de probation (CIP) à l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire

(ENAP) d’AGEN.

Cette cérémonie d’une demi-journée, conjointe avec celle de la 172ème

promotion de personnels de surveillance, implique le regroupement, donc le déplacement à Agen,

des 252 CIP
. Ces personnels en poste depuis janvier 2008 sur l’ensemble du territoire national, sont

titulaires depuis fin janvier 2009 sur leur poste actuel.

A l’heure des restrictions budgétaires, des réductions voire suppressions de budget alloués pour les

PPSMJ (formations pour les détenus, etc…), d’une baisse pouvant atteindre 50% des budget alloués

aux remboursements des frais de déplacement des personnels, des choix politiques de l’AP de ne

pas allouer certaines primes à une partie des personnels (ex : prime « établissements

surencombrés », etc…), le SNEPAP-FSU dénonce le scandale de cette cérémonie de

clôture et notamment l’impact financier et professionnel qu’elle induit.

En effet, il n’est pas nécessaire de posséder un diplôme d’expert comptable, pour faire les calculs

suivants :

"-" moyenne de frais de déplacement par CIP : 200 Euros – total (50.000 Euros)

"-" frais de repas et de nuitées : pris en charge par l’ENAP, mais qui représente un coût conséquent

(suivant la base de calcul des modalités de remboursement des frais en vigueur, cela pourrait

s’élever à 23.000 Euros).

"-" Total : 73.000 Euros pour un « joli collier » de CIP en guise de cadeau de départ !

Au delà de l’impact financier, cette cérémonie, qui induit l’absence de personnels en poste, imputera

donc les SPIP de près de 500 jours travaillés !!!!!!!

Pour l’AP, cette dépense se justifie certainement par le fait de la présence à cette cérémonie de

Mme DATI, Ministre de la justice. L’ENAP envisagerait même de faire revenir la promotion des

directeurs des services pénitentiaires, actuellement sur leur lieu de stage, pour assister à cette

cérémonie.

Le SNEPAP-FSU demande aux directeurs des SPIP, en conformité avec les exigences

d’économie prônées par la RGPP, de s’opposer aux autorisations d’absence des CIP

concernés, au motif de « la nécessité de leur service ».

La Garde des Sceaux avait largement l’occasion de rencontrer des professionnels au

cours des deux dernières années si seulement elle avait daigné présider ne serait-ce

qu’un CTP-Ministériel… La 12ème promotion de CIP ne sera pas la promotion

« Bling Bling » d’un Garde des Sceaux en phase de départ vers d’autres mandats

politiques.

Paris, le 19 mars 2009

pdf_tract_ceremonie_cip_12