Depuis l’origine du projet de plateformes interrégionales (PFI), la FSU n’a eu de cesse de dénoncer

l’incohérence de celui-ci, pourtant mené de force par le Secrétariat Général.

PDF - 174.6 ko
cliquez pour le PDF

Nous apprenons ce jour, d’après les informations obtenues auprès du Ministère, que :

"-" Le Garde des Sceaux a décidé d’exclure les services judiciaires du champ des PFI sous la

pression des chefs de juridiction
.

"-" De plus, il a définitivement tranché en faveur du maintien du statut spécial pour les personnels

administratifs des corps communs en poste à l’administration pénitentiaires (AP)
qui

seraient amenés à rejoindre les PFI.

Ces deux informations, qui doivent être prochainement confirmées dans une note officielle, fragilisent

d’avantage encore le projet initial du Secrétariat Général qui ne reposera désormais plus que sur deux

axes bancals : l’absence d’une des directions dans la mutualisation et deux statuts de personnels

différents pour les mêmes missions. Déjà, les services de l’AP en charge de l’immobilier avaient été exclus

de la fusion avec ceux de la PJJ et des SJ. Pour la FSU, cette dislocation progressive des futures

plateformes est bien la preuve que la spécificité des missions de chaque direction implique une

organisation différente et des métiers particuliers ! Comment le SG peut-il encore penser que son

projet est viable ?

Pour la FSU, ces deux décisions récentes doivent amener le Ministre de la Justice et des Libertés à

prendre une autre décision :

L’ABANDON DEFINITIF DU PROJET DE PFI !

La FSU a d’ores et déjà sollicité une audience au Ministère afin de porter cette exigence.

Paris le 20 octobre 2011