Les représentants aux Comités d’Hygiène et de Sécurité Départementaux (CHSD) du Ministère de

la Justice vont être, pour la première fois, élus le 25 mars. A cette occasion le SNEPAP et le

SNPES-PJJ sont unis sous l’emblème de leur fédération commune : la FSU.

Cette élection nous concerne tous, personnels de surveillance, d’insertion et de probation ou

administratifs qui travaillons dans les établissements pénitentiaires, dans les SPIP, dans les

tribunaux ou les administrations !

En effet, pour le SNEPAP-FSU et le SNPES-PJJ, il est indispensable que chaque agent exerce sa

fonction dans un environnement assurant sa sécurité, tant physique que psychologique.

Les CHSD

s’assurent ainsi de l’application des normes en la matière, développent une politique de prévention

des risques et de soutien des personnels.


La FSU s’attachera dans ces comités à vocation départementale à alerter les responsables

locaux sur les conditions matérielles dans lesquelles travaillent les agents de l’administration

pénitentiaire : l’isolement des surveillants sur une coursive, bureaux d’entretien qui ne sont pas

aux normes, locaux exigus sans lumière naturelle…Ces exemples ne sont malheureusement pas

anecdotiques !

Au-delà de l’aspect sécuritaire, ces conditions ne permettent pas aux agents d’accomplir leur

mission de manière sereine et donc efficace. Ainsi la FSU fera également remonter aux CHSD la

pression et les souffrances auxquelles sont soumis les agents, dont atteste la multiplication des

maladies professionnelles ou le fort taux de désaffection qui touche toutes les catégories de

personnels.

De plus, la vie collective qu’impose l’incarcération doit donner lieu à des actions de prévention

solides. La FSU revendique l’application de la visite médicale obligatoire annuelle, ce qui

implique le recrutement de médecins de prévention. Nous avons tous été mis en contact pendant

notre pratique professionnelle avec des risques de contagion de toute nature sans être destinataires

de l’information nécessaire pour s’en prémunir (salmonelle, galle, tuberculose mais aussi

amiante…). Il faut donc mettre en place une véritable politique de prévention qui passe

notamment par la désignation d’Agents Chargés de la Mise en OEuvre (ACMO) et par le

recensement des risques professionnels en dehors de tout cadre hiérarchique
(tenue d’un cahier

hygiène et sécurité).

Ces actions seront défendues, au cas par cas, par la FSU lors des Comités d’Hygiène et de

Sécurité de votre département !

Pour toutes ces raisons VOTEZ !

Et votez FSU !

Les votes se font uniquement par correspondance

Attention : Tout vote arrivé après le 25 mars 2008 sera invalidé