Monsieur le Président,

A l’aube de ce nouveau mandat et dans l’intérêt de tous, nous persévérons dans

notre demande d’obtenir les PV de CAP manquants et ne doutons pas qu’à

l’avenir, vous mettrez tout en oeuvre pour respecter les délais impartis par les

textes.

A cette même fin, pour avoir de bonnes bases de départ, nous souhaiterions que

vous nous communiquiez un état des lieux clair, en nous donnant les informations

suivantes :

"-" La liste des RA, en concordance avec les dispositions du Code de

Procédures Pénales

"-" Les chiffres de l’année 2011 sur les effectifs du corps (démissions, départs

suite à la réussite aux concours, aux disponibilités, détachements,

retraites…)

"-" L’état du travail de la DAP sur les organigrammes des SPIP

"-" Les fiches de fonction des ASS restant en poste en SPIP

"-" La liste des titulaires et suppléants de l’administration, en conformité avec

l’art 10 du décret 82-451 relatif aux CAP.

En outre, nous trouvons regrettable que l’administration pénitentiaire n’ait pas

organisé une formation à destination des nouveaux représentants des personnels

siégeant en CAP, à l’instar des pratiques des autres Directions du Ministère.

Par ailleurs, nous ne pouvons adhérer aux raisons du report de l’examen du

tableau d’avancement pour lequel le motif avancé cette fois serait le report de

l’épreuve d’ admission de l’examen professionnel des CPIP pour l’accession au

grade hors classe.

Tout comme nous déplorons aussi que l’administration ait fait le choix de sacrifier

l’examen professionnel des CPIP (pour l’accession au corps des DPIP) en

prétextant de privilégier l’intégration plus rapide des CSIP dans le corps des DPIP.

Elle oppose ainsi les aspirations légitimes de ces deux corps. Nous ne pouvons

valider cet argument.

Sachez que ces reports n’ incitent pas les responsables de services à prendre

au sérieux les délais d’évaluation et de notation des agents, imposés par

l’administration.

Enfin, nous n’acceptons pas la volte-face de la DAP sur son engagement de

mettre fin à la pré-affectation, et cela au détriment du bon fonctionnement de

services tels que Laon, Beauvais, Creil, Fleury Mérogis, Bois d’Arcy, Villenauxe et

tant d’autres… déjà particulièrement éprouvés par le phénomène de turn-over.

Une réflexion sur les moyens de stabiliser ces services est pour nous

indispensable et urgente.

Pour le SNEPAP-FSU, tous ces éléments témoignent du peu d’attention que la

DAP porte à ses personnels de la filière d’insertion et de probation.

Nous attendons de notre administration qu’elle démontre sa volonté d’évolution

vers une meilleure gestion en prenant enfin les décisions qui s’imposent.

Pour le SNEPAP-FSU

Les Représentants des Personnels CPIP

pdf_declaration_liminaire_CAP_janvier_2012