Le 3 mai 2012, convoquées pour un comité technique ministériel à l’ordre du jour

indigent et dans le contexte de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle, les

organisations professionnelles FSU, CGT et Syndicat de la Magistrature

décidaient de refuser de siéger.

Mais le Ministère de la Justice n’avait pas dit son dernier mot…

PDF - 556.5 ko
cliquez pour télécharger en PDF

Ainsi, les services du Ministère ont-ils décidé de reconvoquer le CT-M ce vendredi 11 mai.

Aurait-il échappé au Secrétariat Général que le changement de Président a provoqué hier, la

remise par le Premier Ministre de la démission du gouvernement ? Personne au Ministère

n’aurait-il donc remarqué que la nomination d’un nouveau gouvernement n’interviendra

qu’au terme de la passation de pouvoir programmée le 15 mai prochain ? Le Ministère vient

donc d’inventer le Comité Technique Ministériel sans Ministre ! Les organisations

syndicales sont invitées à discuter entre elles, sans interlocuteur politique ministériel. Cette

décision est un véritable camouflet pour les organisations professionnelles et les personnels

qu’elles représentent, malheureusement symptomatique de l’état de délabrement d’un

dialogue social dont les services du Ministère ne parviennent plus à sauver les apparences.

Peut-être ne tentent-ils même plus de mettre les formes au terme de longs mois

d’indifférence pour l’avis des personnels et de leurs représentants.

Nous ne participerons pas à cette mascarade en venant discuter avec des

membres du Secrétariat Général, dont nul ne sait qui ils représentent à part

peut-être eux-mêmes, sur des projets dont nul ne connaît le devenir après les

changements qui viennent d’avoir lieu. Il est plus que temps que la

concertation retrouve une vraie place dans la mise en oeuvre des orientations

politiques du prochain Garde des Sceaux.

Paris, le 11 mai 2012