Le déroulement de l’examen professionnel exceptionnel pour l’accès au corps des Directeurs

Pénitentiaires d’Insertion et de Probation (DPIP) a provoqué chez les Chefs de Services d’Insertion et de

Probation (CSIP) un certain émoi et pour cause !

PDF - 161 ko

Des jurys qui confondent examen professionnel et concours, des notes au tantième, et cerise sur le

gâteau, des CSIP à qui l’on communique une note égale ou supérieure à 12,5 mais qui ne figurent pas sur la

liste des admis alors que la barre d’admission a finalement été fixée à 12,5… L’explication de la DAP : une

simple erreur informatique… Les notes communiquées ne sont pas les bonnes ! Nous voilà rassurés… A ce

jour, les tentatives des représentants des personnels CSIP du SNEPAP-FSU pour recueillir des explications

plus précises restent vaines…silence radio du côté de la DAP. Si la DAP voulait entretenir le doute sur des

irrégularités dans le déroulement de cet l’examen, elle ne procèderait pas autrement… Le SNEPAP-FSU, qui

sera reçu prochainement par Mme Debaux, la sous-directrice des Ressources Humaines de la DAP,

demandera à ce que toutes les clarifications nécessaires soient présentées à notre organisation

professionnelle.

Au-delà de cet examen professionnel bancal, il est temps que la DAP prenne ses responsabilités et

assure aux CSIP un statut conforme à leurs fonctions. Il est temps qu’elle arrête de les considérer comme

une catégorie B quand ça l’arrange tout en leur demandant d’assurer les responsabilités de catégorie A. Elle

doit ainsi garantir une égalité de traitement à ses personnels : à responsabilités identiques, statut identique,

postes identiques, indemnités identiques !

Ainsi, le décret sur l’Indemnité de Fonction et d’Objectif (IFO) qui devait s’appliquer indifféremment aux

DPIP comme aux CSIP, et compenser partiellement la longueur excessive du processus de dipage des CSIP

était annoncé pour le mois de septembre 2011, et même pour 2010 dans le protocole du 9 juillet 2009.

Mais à ce jour, il n’est toujours pas paru ! Coincé dans les circuits de validation…

Bien plus, dans un courrier du 25 novembre 2011 adressé au SNEPAP-FSU sur sollicitation de celui-ci, la DAP

indique :

« un DPIP qui aurait précédemment été titulaire du grade de CSIP, verra ses services accomplis en

tant que CSIP pris en compte dans l’ancienneté de 13 ans exigée dans un ou plusieurs corps de

catégorie A pour pouvoir être nommé directeur fonctionnel ». Mais la DAP ajoute « Cependant cette

reprise d’ancienneté n’ouvre pas droit au détachement des CSIP dans le corps des DPIP. En effet, les

CSIP ne remplissent aucune des autres conditions prévues par l’article 13 bis du titre 1er du statut

général des fonctionnaires pour être considérés comme constituant un corps de niveau équivalent au

DPIP : ni conditions de recrutements (…, )ni nature des missions comparables. »

Elle ne précise bien sûr pas en quoi les missions des DPIP sont à ce jour différentes de celles des CSIP…

Le SNEPAP-FSU invite donc tous les CSIP à demander le bénéfice de l’indemnité de

responsabilité et, de nouveau, à renouveler leur demande d’intégration dans le corps des

DPIP sur leur propre poste à la prochaine CAP des DPIP. Le SNEPAP-FSU attend de la DAP

des engagements significatifs rapidement !

Les représentants des personnels CSIP du SNEPAP-FSU

Paris, le 24 janvier 2012