Le 24 août, les élèves de la 14ème promotion de conseiller d’insertion et de probation ont poussé la porte

des services pénitentiaires d’insertion et de probation pour leur premier stage de découverte, soit quarante

personnes pour la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires de Paris qui compte également,

depuis 8 juin 2009, une vingtaine de stagiaires conseillers d’insertion et de probation (CIP 13).

Le SNEPAP-FSU regrette le choix, peu opportun, qui a été fait par l’ENAP de programmer le

premier stage des CIP 14 en SPIP un 24 août ! Il en ressort que, sur les terrains, l’information relative à

l’arrivée des élèves a été communiquée en plein mois de juillet et alors qu’une importante partie des

équipes est absente. Ainsi c’est le 10 juillet, que la DISP de Paris a relayé les directives et

recommandations générales établies par l’ENAP

Le SNEPAP-FSU rappelle son opposition au principe de la pré-affectation des stagiaires, qui empêche

ceux-ci de bénéficier d’un réel temps d’apprentissage. Ainsi les stagiaires arrivent sur un poste vacant, et

leur service attend parfois d’eux qu’ils l’occupent à l’équivalent d’un titulaire. Concernant les élèves, c’est

l’arrêté du 10 novembre 2009 qui fixe les modalités de leur formation. En tout état de cause : « durant

les périodes de stage, les élèves conseillers d’insertion et de probation restent placés dans le cadre d’un

cycle de formation et sous l’autorité du directeur de l’école ».

Le document intitulé « Formalisation de l’accueil et de la prise de l’élève ou du stagiaire CIP en SPIP »,

dont nous avions revendiqué l’élaboration au cours de l’automne 2007 suite aux dérives constatées dans

certains SPIP (des stagiaires s’étaient alors retrouvés responsables de la gestion d’un secteur

géographique et d’un effectif complet avec un volume de plus de 150 dossiers), est particulièrement utile.

Il rappelle « sa participation aux missions du SPIP en MO comme en MF » et « la limitation du

nombre de dossiers (50 au plus, avec montée en charge progressive) ».

Ce kit de l’accompagnement des élèves et stagiaires comprend un nouveau document : « la fiche de

liaison » dont l’objectif est d’informer d’« une situation particulière d’un élève ou d’un stagiaire »1. Pour

le SNEPAP-FSU, la mise en place de cette fiche est a priori positive puisqu’elle semble avoir comme

objectif d’accompagner, au plus près des réalités de leur vie personnelle, les élèves et stagiaires en

formation. Toutefois, à aucun moment, il n’est précisé si les éléments de nature personnelle qui seront

transmis, l’auront été avec l’assentiment de la personne visée. Le SNEPAP-FSU souhaite que ce point

fasse l’objet d’une clarification afin d’éviter toute dérive.

Dans le cadre du protocole national signé en juillet 2009 par le SNEPAP FSU, le groupe de travail

sur la formation va être remis en place. Afin de relayer les difficultés rencontrées sur le terrain, le

SNEPAP-FSU appelle tous les collègues, tuteurs, élèves ou stagiaires, à nous faire remonter les

dysfonctionnements repérés, notamment lors des congrès régionaux.

POUR INFO : le SNEPAP FSU proposera une permanence à l’ENAP

le 13 octobre pour les CIP 13 et le 29 septembre pour les CIP 14.

1 Le document précise qu’une situation devient particulière « quand un acteur de formation estime important de

signaler une problématique qui pourrait nuire au déroulement de la scolarité d’un élève ou stagiaire ».

pdf_Tract_Cip13et14