Snepap-Fsu

SPIP de Grasse : les caisses sont vides : le "shut down" de la pénitentiaire

mercredi 13 novembre 2013 par Webmestre SNEPAP-FSU

Les caisses sont vides. Voilà ce qui nous a été dit en réunion de service, de façon officielle.

PDF - 93.8 ko
cliquez ici pour télécharger en pdf

En clair, les frais de déplacement et de repas intervenus à partir du mois d’octobre ne seront pas remboursés avant 2014.

De plus, il nous a été expressément demandé de ne pas proposer de placement extérieur en aménagement de peine, notre administration étant dans l’incapacité de payer nos structures partenaires. Impossibilité matérielle, donc.
Autant pour le principe de l’individualisation des peines…

Des recommandations visant à faire des économies de bout de chandelle nous avaient déjà été faîtes comme photocopier uniquement en recto-verso et ne plus imprimer en couleur. A présent, nous avons juste assez de papier pour terminer le mois, au point que le Milieu ouvert prenne quelques ramettes de feuilles au Milieu fermé et que le Siège nous en fournisse. De quoi faire une semaine de plus, autant dire que c’est Byzance !!
Les agents PSE sont aussi invités à se servir du fax du secrétariat, leur toner étant vide.

Actuellement, c’est une opération de récupération des sous-côtes de dossiers archivés destinés à la destruction qui est organisée, et c’est également la numérisation quasi totale des documents fournis par notre public qui est mise en place.
Certes, c’est une démarche « éco-responsable », mais lorsque l’on en arrive à quasiment faire les poubelles pour pouvoir travailler, il y a de quoi se poser des questions ou crier un bon coup.

Nous sommes bien loin des 13e ou 14e mois d’autres administrations de l’Etat. Avec un point d’indice gelé depuis 4 ans et aucune prime de fin d’années quand les chefs reçoivent, eux, des primes d’objectifs, objectifs réalisés par des agents souvent épuisés, parfois même dégoûtés.

Camouflet pour notre service pénitentiaire d’insertion et de probation, la logique et la gestion des finances de notre administration posent question et mériteraient que les organisations syndicales s’y intéressent avec attention.

Dans la profession des CPIP, il est courant de dire, avec humour, que lorsque notre public a une demande urgente, il est déjà trop tard. Curieux écho du manque d’anticipation de notre administration…
Sans humour, cette fois, en va-t-il de même pour les CPIP, parent pauvre de la Justice ?

Le SNEPAP de GRASSE,
Le 13 novembre 2013










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives