Snepap-Fsu

REGION MARSEILLE Compte-rendu de la rencontre avec le directeur interrégional : « Ayez confiance... »

lundi 11 janvier 2010 par Webmestre SNEPAP-FSU

Après Paris, Rennes et Bordeaux, le SNEPAP-FSU a rencontré jeudi 7 janvier le DI de la région Marseille afin de lui faire part de l’inquiétude et de l’impatience des CSIP à voir leur situation évoluer.

La secrétaire régionale accompagnée par le responsable du secteur encadrement a rappelé au DSPIP les termes du protocole, l’état de l’avancée des négociations et le pas de danse dans les annonces concernant la « dipisation » des CSIP. Nous avons mis l’accent sur la dernière version donnée par la DRH de la DAP selon laquelle la DGFP n’accordait un accès au corps des DIP des CSIP par moitié tous les 5 ans.

Le DI nous a fait part de sa conviction optimiste c’est à dire celle donnée par l’ancien DAP à savoir une « dipisation » des CSIP sur trois ans avec une extinction du corps actuel. Il explique la position de la direction de la fonction publique : aucun corps de catégorie A- venant du B (par promotion et non par concours) ne peut accéder à la catégorie A type sans qu’il existe l’ouverture d’un concours externe.

Ce qui est proposé est donc très inédit puisque les CSIP intégreraient de manière automatique le corps des DIP ; nous avons rappelé au DI que d’autres corps ont accédé à un statut supérieur sans concours ni examen professionnel (ex : les instituteurs devenus professeurs des écoles).

Pour le DI, l’administration pénitentiaire a la capacité de valider le protocole concernant les personnels d’encadrement intermédiaire. Il est conscient des missions et des fonctions exercées sur le terrain par les CSIP. Il se montre sensible aux situations individuelles des agents et comprend l’inquiétude des CSIP face à la non avancée de leur situation.

Le SNEPAP-FSU a soulevé les difficultés de ce corps tant au niveau statutaire qu’au niveau du droit des agents (CAP fermée notamment). Nous restons attachés au principe d’application stricte des décisions de mutation prises en CAP nationale et que nous contestons les « arrangements » pris sur cette DI suite à la dernière CAP de mutation des CSIP.

Le directeur interrégional prône l’adaptation des principes aux situations individuelles tant que cela est possible. Il se dit même favorable à une gestion commune des DIP et des CSIP au regard notamment des mutations.

Le SNEPAP-FSU a informé le DI du fait qu’il allait fixer à l’administration centrale une date butoir (à déterminer) au delà de laquelle il cesserait de négocier sur le volet statutaire des CSIP. Sans évolution favorable, les CSIP s’appliqueront à exercer leurs missions strictement au regard des textes ce qui mettrait à mal les services.

Dans la perspective de la loi pénitentiaire et de la réorganisation des services, il y a urgence à ce que le volet statutaire de la filière insertion et probation soit établi définitivement et favorablement , dans le respect de l’esprit du protocole.

Le DI nous a fait part de sa compréhension et admet le ressenti des CSIP. Il se veut résolument optimiste et s’engage à faire remonter à l’administration centrale , et en particulier auprès du nouveau DAP qu’il rencontre cette semaine, les arguments déployés.

Il invite le SNEPAP-FSU à solliciter dans les plus brefs délais une audience auprès du nouveau DAP.











RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives