Snepap-Fsu

Liminaire CAP des CPIP du 10 Juillet 2013

mercredi 10 juillet 2013 par Webmestre SNEPAP-FSU

Monsieur le Président,

Nous nous félicitons des annonces récentes de la Garde des Sceaux en matière de moyens humains au
sein des SPIP et serons vigilants quant à leur concrétisation.

PDF - 216.7 ko
cliquez pour télécharger en PDF

Il est cependant regrettable que la volonté politique affichée, soit mise à mal par les arbitrages internes
à l’administration pénitentiaire.

Ainsi selon les chiffres communiqués par la DAP au début de cette année 2013, 39 CPIP étaient en
détachement sortant alors même qu’aucun détachement entrant n’est proposé depuis des années.

Lors de la CAP du 2 octobre 2012, vous nous avez expliqué cette situation par des choix budgétaires.
Nous ne pouvons qu’en conclure que la DAP réduit les moyens dévolus pour la réalisation des missions
des SPIP au profit d’autres objectifs...

C’est pourquoi, sur ce sujet, nous demandons qu’il soit proposé en urgence des postes en
détachement ou en intégrations pour compenser les détachements sortants.

Concernant l’ordre du jour de CAP, nous rappelons notre opposition à la pré-affectation qui contraint
l’administration à nommer des agents en formation sur des postes devant être occupés par des
titulaires.

Ce système abouti à des aberrations :

– Les services qui sont le moins en capacité d’assurer la formation en sont paradoxalement chargés.
Les titulaires doivent absorber la charge de travail d’un service sous-doté tout en assurant la
formation d’un ou plusieurs futurs collègues.

– Les postes proposés aux stages sont regroupés sur quelques DISP, créant une inégalité entre
stagiaires aux origines géographiques différentes, et une perte de transmission des compétences des
plus anciens qui ne forment jamais de stagiaires.

– Il contribue à l’échec perpétuel du dispositif de CPIP placés par une gestion différente de l’affection
des stagiaires et titulaires.

– Les garanties pédagogiques (50 dossiers par stagiaire) sont dans ces conditions difficiles à respecter.

Pour ces raisons il est temps que l’administration mette fin à ce dispositif.

Enfin pour conclure le SNEPAP-FSU tient à rappeler que les intentions politiques resteront vaines, si
l’administration ne se saisit pas des travaux annoncés pour la rentrée pour construire les
organigrammes des services, outils indispensables à une gestion des ressources humaines
pertinente, programmée et efficiente.










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives