Snepap-Fsu

La région Nord dénonce le traitement infligé aux personnels sous contrat : LE MOYEN AGE, C’EST MAINTENANT !

jeudi 7 novembre 2013 par Webmestre SNEPAP-FSU

Tout le monde le sait le ROI a des dettes et doit réduire le POIDS de celle-ci.

PDF - 162.8 ko
cliquez ici pour télécharger en PDF

Quoi de plus judicieux que d’éliminer des serviteurs aux chaudières (les contractuels), ceux qui permettent à la machine en surchauffe de fonctionner.
Lesquels seront sélectionnes ? Quel sera leur nombre ? Le mystère plane, on se méfie les serviteurs, ça parle entre eux.
Parmi ceux-ci, les psychologues. Leur sort fut, pour certains, scellé durant la trêve estivale, sans bruit, avec rapidité. C’est plus efficace et cela garantit le secret.
Les postes ont été supprimés, les personnels jugés corvéables ont pu, parfois, et grâce à la mansuétude des maitres du jeu se voir proposer une affectation dans un autre lieu. Passant ainsi de l’établissement
pénitentiaire au SPIP.
Personne n’est averti, tout se fait en catimini.

Pas de missive par pigeon voyageur (mail), pas de lettre cachetée (courrier à entête du DI), pas d’audience (entretien) accordée.
La réponse du serviteur est attendue le lendemain matin.
C’est bien connu, la nuit porte conseil !

QUAND CESSERA-T-ON DE PRENDRE LES PSYCHOLOGUES POUR LES BOUFFONS DU ROI,

QUAND DECIDERA-T-ON DE RESPECTER L’ENSEMBLE D’UNE PROFESSION EN OBSERVANT DES PROCEDURES DEFINIES ET NEGOCIEES ?

QUAND CESSERA-T-ON DE CROIRE QUE LES CONTRACTUELS NE PEUVENT PAS FAIRE PREUVE D’INTELLIGENCE ET COMPRENDRE LES IMPERATIFS BUDGETAIRES ?

Mais pas d’inquiétude, nous pouvons faire confiance à l’innovation technologique du 21e siècle, toujours plus compétitive, puisque nous sommes revenus au 12e siècle.

Ainsi, le SNEPAP-FSU, s’inquiète d’une augmentation importante du nombre de personne en situation précaire issus de l’élimination des postes de contractuels puisque nous ne connaissons pas le nombre et les conditions (licenciement, non renouvellement de contrat, pseudo-procédure disciplinaire ?) de cette élimination qui n’a pas touché que les psychologues.

NOUS DENONCONS LE TRAITEMENT INFLIGE AUX PERSONNELS SOUS CONTRAT
NOUS RECLAMONS LE RESPECT DU DROIT ET DES CLAUSES DES CONTRATS
NOUS RAPPELONS QUE L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE ET SES REPRESENTANTS NE SONT PAS AU DESSUS DE LOIS ET QUE LES SITUATIONS CREES PAR LE MEPRIS ENVERS LES PERSONNELS DOIVENT CESSER !

Le 7 novembre 2013,
Région Nord du SNEPAP










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives