Snepap-Fsu

Intersyndicale Nantes : LE SPIP DE LA MAISON D’ARRET DE NANTES IMPLOSE

mercredi 17 avril 2013 par Webmestre SNEPAP-FSU

Depuis l’ouverture du NQMA, le 3/06/2012, il y a eu plus de 1100 personnes écrouées (hors PSE).
Aujourd’hui l’établissement est déjà surpeuplé. 603 personnes détenues pour 510 places théoriques.

PDF - 144.5 ko
cliquez pour télécharger en PDF

Le SPIP de son côté dispose de 5,7 ETP soit une moyenne de 105 dossiers par CPIP. Rappelons que
l’Administration Pénitentiaire prend maintenant pour référence les chiffres d’un rapport de l’IGF et de
l’IGSJ de juillet 2011 qui préconise un nombre de suivi maximum de 73 personnes détenues par agent.
Malgré l’absence de moyens et de considération qu’on leur accorde, les CPIP font tout pour exercer au
mieux leurs missions.

L’administration ne peut pas continuer à compter sur le bénévolat des agents pour faire fonctionner un
service à bout de souffle ! Pour mémoire, un CPIP doit travailler 36h par semaine, soit 7h12 par jour.

Les heures travaillées au-delà ne sont pas payées.

PLUS POSSIBLE de traiter le flot continu d’arrivants (340 entretiens arrivants en trois mois).

PLUS POSSIBLE de traiter le flot continu de demandes, émanant des personnes détenues, de leurs
familles, des autres services de la MA, des magistrats et des partenaires.

Les CPIP n’en peuvent PLUS !!!!

Ras le bol de ne pas être assez nombreux pour assurer nos missions !
Ras le bol de systématiquement tout devoir faire dans l’urgence !
Ras le bol de subir l’agressivité et l’incompréhension des personnes détenues !
Ras le bol d’être interpellés pour tout et n’importe quoi !
Ras le bol d’être laissés en première ligne par notre hiérarchie !

Seuls face aux choix épineux de priorisation des tâches, nous sollicitons nos supérieurs depuis des
mois. Depuis des mois... LE SILENCE.

Nous ne traitons actuellement que les tâches institutionnellement incontournables : arrivants, débats
contradictoires et CAP hebdomadaires, urgences. Quid du suivi individuel ? Quid du travail sur les
faits, de la préparation à la sortie ? Quid du travail partenarial ?
La machine s’emballe et nous ne pouvons pas continuer ainsi !!!

NOUS EXIGEONS DU PERSONNEL SUPPLEMENTAIRE : CPIP et PA.
NOUS EXIGEONS LA PRESENCE EFFECTIVE D’UN CADRE CLAIREMENT
IDENTIFIE.
NOUS EXIGEONS TOUT SIMPLEMENT DE NOTRE ADMINSITRATION LES
MOYENS D’EXERCER NOS MISSIONS










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives