Snepap-Fsu

Halte à la précarité des emplois au sein de l’AP !

vendredi 9 février 2007 par Webmestre SNEPAP-FSU

Depuis le début de l’année, l’administration a recruté plusieurs dizaines de personnels contractuels sur des postes de CIP vacants. Censée répondre à un besoin occasionnel, cette voie de recrutement pourrait devenir courante et plus étendue (autres corps que les CIP). Le SNEPAP-FSU conteste fermement ce mode de recrutement, source de précarité pour les concernés et d’instabilité dans les services.

La note du 3 octobre 2006 envisageait déjà cette hypothèse en autorisant les responsables de service de recourir à cette voie afin de pourvoir (enfin !) les postes, crées à l’occasion du concours exceptionnel d’ASS, restés vacants ! Solution de la dernière chance, le recrutement de contractuel reflète la gestion calamiteuse des ressources humaines au sein des SPIP !

Concrètement, le recrutement de ces personnels est réalisé de façon confuse et irrespectueuse. Ainsi, dans la DR de Lille, après avoir fait signer aux agents un contrat d’un an - certains d’entre eux pensant percevoir l’aide à la mobilité par l’ANPE (dans le cas d’un contrat d’un an) ont déménagé pour se rapprocher de leur nouveau lieu de travail - l’administration s’est aperçue quelques jours plus tard, que les contrats ne respectaient pas le décret du 17 janvier 1986. Du coup, l’administration corrige sa copie et ordonne aux concernés de ne plus tenir compte du premier contrat, de signer le second d’une durée de 10 mois sous peine de voir le contrat annulé ! Au revoir l’aide à la mobilité ! En outre, l’administration a eu le bon sens d’interdire à certains ASS ainsi recrutés de passer un concours dont les épreuves avaient lieu pendant leur pseudo formation (une semaine pour tout comprendre). On croit rêver !

Immanquablement, les titulaires, déjà débordés, prendront sur leur temps de travail pour combler le manque de formation de ces nouveaux collègues. Or, l’objectif de ces recrutements était au contraire d’alléger la charge de travail !!!

Ces situations illustrent bien que ce recrutement précaire revient à maltraiter tous les personnels. De plus, le décret du 8 novembre 2006 relatif à la prime de sujétions spéciales, qui prévoit que seuls les fonctionnaires pourront en bénéficier, crée une inégalité de traitement entre des personnels effectuant des missions identiques !

Pour éviter les situations pourtant bien réelles de carence en personnel dans les services,
le SNEPAP-FSU revendique :

- La mise en œuvre d’une gestion prévisionnelle des emplois de façon à anticiper notamment les départs en retraite et l’ouverture de nouveaux établissements, et de façon à prévoir les besoins avec la plus grande précision.

- La création immédiate de postes de placés volontaires (CIP volants) afin de réagir aux absences temporaires.










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives