Snepap-Fsu

Comité National d’Action Sociale du 11 décembre 2015 : déclaration liminaire

vendredi 11 décembre 2015 par Webmestre SNEPAP-FSU

Madame la Ministre,

Attachée à l’action sociale, la FSU demande le maintien et la consolidation des crédits d’action sociale de notre Ministère au moins à leur niveau actuel. En effet, le gel du point d’indice depuis des années diminue de façon importante le pouvoir d’achat des fonctionnaires. D’autre part, les baisses drastiques annoncées sur les crédits sociaux interministériels, qui ne suffisent déjà pas à répondre aux besoins des agents, nous confortent dans le diagnostic que nous faisons de la situation sociale de ces derniers. Il faut mieux les soutenir et les protéger. Le rôle des
fonctionnaires dans leur ensemble est plus que fondamental et indispensable pour garantir le vivre ensemble et la cohésion de notre société. Nous leur devons respect et gratitude, à la hauteur du dévouement sans limite dont ils ont fait preuve lors des derniers événements dramatiques des attentats terroristes à Paris.

Pour la FSU, il est important aujourd’hui de traiter un dossier prioritaire qu’est la Mutuelle, la couverture santé et la prévoyance. Il s’agit de défendre un bien inestimable, celui de la santé de tous les agents du Ministère : actifs / retraités et leurs ayants droits. Nous regrettons le manque d’informations à ce sujet et l’absence de perspective de travail sur ce dossier, à l’approche d’un nouveau référencement.

Pour télécharger en PDF, cliquez ici :

PDF - 246.6 ko

Pour la FSU, il est nécessaire de consolider et de développer l’offre de la restauration collective pour tous et de couvrir l’ensemble des services et établissements de notre Ministère, toutes directions confondues. La restauration à l’ENAP pour les élèves qui devront s’acquitter du prix de leur repas à partir de janvier 2016 nous pose des difficultés. Celle pour les agents de la PJJ ainsi que les services judiciaires demeure insuffisante.

La FSU salue le travail qui a été mené par l’ensemble de la parité syndicale et du BASCT en faveur du logement. Néanmoins, les besoins restent réels sur certaines zones tendues. Nous restons vigilants à ce que ces offres de logements bénéficient à l’ensemble des agents du Ministère de la justice, toutes directions et corps confondus.
Pour la petite enfance, il en est de même que pour le logement. Nous demandons à ce qu’un effort soit fait sur le volet de la communication à destination de l’ensemble des agents afin qu’ils puissent bénéficier de cette offre, vu l’augmentation importante de l’enveloppe budgétaire à cet effet.

La FSU réitère sa demande d’intégrer la CAFI et le conseil d’administration de la Fondation d’Aguesseau en tant que membre à part entière avec voix délibérative. Par ailleurs, nous déplorons la sous consommation des crédits d’aides et secours, alors que sur le terrain les agents continuent à connaître des situations sociales très précaires et difficiles.

Nous dénonçons le manque criant d’assistantes sociales sur certaines zones où les collègues en difficultés ont besoin d’être conseillés et assistés.
Le rôle de ces professionnelles est plus que fondamental dans l’accompagnement ; il est central dans la prévention des risques psychosociaux.

La FSU encourage et salue les efforts consentis par l’ASMJ qui a pris son rythme de croisière et commence à être identifiée par les agents de toutes les directions du Ministère. Son action en faveur de la pratique sportive est gage d’un travail qui s’inscrit dans une action du mieux-être au travail.
La généralisation des aides aux licences sportives à l’ensemble des agents sur le territoire lui donne une responsabilité croissante pour laquelle un soutien et un accompagnement devront s’inscrire dans la continuité des décisions prises.

Quant à la formation des acteurs sociaux, la FSU maintient sa consolidation, car elle est indispensable pour l’ensemble des futurs acteurs de l’action sociale. Ils sont et seront les chevilles ouvrières de cette action, indispensable de nos jours afin de garantir et renforcer le lien social et la solidarité entre tous.
La FSU regrette la non programmation de la journée rencontre prévue pour les présidents des CRAS qui restent le relais de notre instance sur le terrain. Tout en permettant d’avoir un moment d’échanges et de rencontres, c’est aussi une forme de reconnaissance pour le travail difficile qu’ils mènent sur le terrain.

Enfin, la FSU souhaite qu’au sein d’une instance qui nous est chère, l’année 2016 se déroule sous des hospices bien plus sereins et cordiaux et dans le respect de chacun.
La FSU rappelle que cette instance existe et travaille afin d’apporter aide et soutien à l’ensemble du personnels de notre Ministère dans le besoin, sans distinction aucune.

Paris, le 11 décembre 2015










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives