Snepap-Fsu

48 postes !!! Un os à ronger !!! Merci Sa Seigneurie !!!!!

jeudi 24 février 2011 par Webmestre SNEPAP-FSU

SPIP de Toulon mobilisé !

L’ensemble des travailleurs sociaux du SPIP, syndiqués et non syndiqués, expriment leur mécontentement sur la faiblesse des moyens financiers dévolus au SPIP.

L’affaire de Pornic a mis en exergue les moyens dérisoires avec lesquels fonctionnent depuis des années, la Justice française, et plus spécifiquement, les parents pauvres : les SPIP.

Malgré le raz de marée médiatique, et les effets d’annonce populistes, la réponse ministérielle vient de paraître au Journal Officiel : 48 postes de CPIP sont proposés au recrutement pour 2011.

Cela ne couvrira même pas les départs en retraite, et n’enrayera pas l’hémorragie de ce corps vers d’autres professions mieux rémunérées et valorisées, et ne peut que provoquer une aggravation des conditions de travail dans les services, et amenuiser la capacité des SPIP à remplir leurs missions exponentielles et résultantes des diarrhées législatives de ces dernières années.

Les personnels d’insertion et de probation du SPIP de TOULON dénoncent un discours contraire aux actes (préconisations ??), le rapport de l’ISP sur l’affaire de Pornic évoquant lui un chiffre de 80 dossiers par agents à temps plein comme « limite ». Nous en sommes très loin.... et n’avons à ce jour, en milieu ouvert et au PEAPSE du moins, pas les infrastructures nécessaires pour recevoir les justiciables en entretiens individuels...

Désormais, afin de pouvoir mener à bien nos missions dans des conditions décentes, et ne pas être un jour un CIP sacrifié sur l’autel du populisme, les personnels du SPIP de TOULON refuseront à compter du 16 février, et jusqu’à atteinte de l’objectif : « 80 dossiers par ETP », de faire le tâches suivantes :

Les personnels d’insertion et de probation refuse de pallier au carence en personnels administratifs et ne remplacera plus le secrétariat, tant en terme de taches administratives, qu’au regard de l’accueil public.

Les nouveaux dossiers seront retournés à la hiérarchie en l’absence des pièces minimum nécessaires pour travailler ( jugement de condamnation, casier judiciaire), afin de connaître en amont, le passé judiciaire du justiciable, et son profil, avant la prise en charge effective.

La participation au PPR est gelée.

Seuls des avis écrits seront établi pour les commissions, le personnel ne sera plus présent

Une mention dans les rapports indiquant que le suivi des dossiers nécessite plus de temps pour pouvoir émettre un avis.

Une demi-journée d’action hebdomadaire, dans laquelle, hormis les urgences en détention, les BEX et les passagers en MO, aucune démarche ne sera initiée. Cette demi-journée sera dévolue à communiquer sur le mal-être de notre profession, et des moyens dérisoires de l’exercer.

SPIP de Toulon











RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives